Les phoques responsables de la baisse des stocks de morue au Canada

first_imgLes phoques responsables de la baisse des stocks de morue au Canada ?Des chercheurs canadiens suggèrent que les phoques seraient à l’origine de la baisse des stocks de morue dans l’est du pays. Jamais ces animaux n’ont été aussi nombreux dans les eaux côtières canadiennes, affirment-ils, sans toutefois préconiser un abattage massif des phocidés.Les phoques sont-ils à l’origine de la chute des stocks de morue observée depuis le début des années 90 dans les eaux de l’est du Canada ? C’est ce qu’avance une étude néo-écossaise publiée par la revue Fisheries Research et rapportée par le site Cyberpresse. “Nous avons réanalysé les données utilisées par d’autres études et conclu que les phoques mangent beaucoup plus de morue que prévu”, explique Robert O’Boyle, ancien dirigeant du centre de recherche Bedford du ministère fédéral des Pêches et des Océans, et l’un des auteurs principaux de cette étude. “Nous avons notamment utilisé des données d’autres pays sur l’alimentation des phoques, ce que personne d’autre n’avait fait” souligne-t-il. De précédentes études ont conclu que les phoques mangeaient peu de morue. Mais “l’étude des estomacs et des selles des phoques sous-estiment la quantité de morue ingérée, affirme le chercheur. Elles déterminent ce que les phoques ont mangé en identifiant les os des ouïes des poissons qui restent. Or, souvent les phoques ne mangent que la panse des morues adultes, parce qu’elles sont trop grosses pour eux” explique-t-il.Jamais le nombre de phoques n’avait été aussi élevé dans les eaux canadiennes depuis le début du XIXe siècle, affirment les chercheurs. Toutefois ces dernières années une légère augmentation des stocks de morue a été enregistrée. La thèse de Robert O’Boyle et ses collègues reste donc encore à prouver. “Nous attendons les données de 2012 sur les stocks de morue pour être sûrs de notre thèse”, indique le chercheur, notant que “la reprise des stocks semble avoir cessé l’an dernier”.Une autre explication à la diminution À lire aussiL’attaque spectaculaire d’un ours polaire affamé sur un phoqueA l’automne dernier, un rapport gouvernemental parvenait à la même conclusion et recommandait un abattage massif des phoques pour enrayer la chute des stocks de morue qui malgré plusieurs moratoires sur la pêche ne se reconstituent pas. Mais Boris Worm, biologiste marin de l’Université Dalhousie a du mal à croire à cette thèse. Il penche d’avantage pour une autre explication, avancée l’été dernier par un ancien employé de Robert O’Boyle. “Quand les stocks se sont effondrés, les proies de la morue sont devenues les prédateurs des petites morues, explique-t-il. Les stocks de ces anciennes proies se sont multipliés par 10 puis se sont à leur tour effondrés. La morue a pu reprendre sa place, ce qui explique la croissance des dernières années. Cette étude a été publiée dans Nature, une revue autrement plus prestigieuse que Fisheries Research” souligne-t-il.Le 29 janvier 2012 à 15:40 • Maxime Lambertlast_img

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *